inscription

Recevoir les offres commerciales par email
des partenaires du site Beachbrother.

s'inscrire

annuler

L'invité de la semaine : BON AIR

Par -

Comme chaque samedi, retrouvez notre rubrique « L'invité de la semaine », qui vous présente une personnalité de la Board KultureBeachbrother vous plonge dans l'univers de skateurssurfeurssnowboardeurs, et artistes, afin de satisfaire votre soif de Kulture !

© Sébastien Chebassier

A l'occasion de la sortie de leur nouveau clip "Electrical", on a décidé d'aller poser quelques questions au groupe Bon Air. Entre la folk d'Angus & Julia Stone et la douceur d'une belle soirée d'été, Bon Air nous transporte en vacances près de l'océan, là où ils ont élu domicile depuis quelques années. Deux voix singulières, celles de Gaëtane et Guillaume, qui se sont bien trouvées et nous rapprochent de la musique, aussi brut soit-elle. Et ce n'est pas pour rien, que Bon Air rime avec bonheur.

- Depuis quand le projet "Bon Air" existe-t-il ?

Ca existe depuis 5 ans et demi, mais en fait avant on s'appelait "The Mellow" et ça fait un an qu'on s'appelle Bon Air. On a dû changer parce que le nom était déjà pris mais au final ça tombait bien, on avait besoin de changer, de se donner un nouveau souffle, et on a trouvé ce nouveau nom donc au final on est très très content, même si la musique est restée la même.

© Sébastien Chebassier

- Aujourd'hui vous êtes ensemble et vous jouez ensemble, comment vos chemins se sont croisés ?

On s'est pas rencontrés pour la musique en fait au départ, on s'est plus rencontrés par rapport à notre passion du ski, dans les Alpes, parce-que je suis originaire de la région Rhône-Alpes. Et puis on a commencé à jouer ensemble. Avant j'étais à Paris, j'avais un projet toute seule et j'avais envie de prendre l'air. Quand on a commencé à jouer, on faisait que des reprises au tout début on avait pas encore commencé à composer. Je pense qu'on se testait un peu tous les deux, pour savoir si ça collait et on avait pas du tout l'ambition de monter un groupe. Et puis on a vu que ça prenait du coup on a pas mal voyagé les deux premières années, dont un gros voyage en Nouvelle-Zélande, où on a vécu 6 mois, et à la base on avait chacun un petit boulot. Et puis en fait petit à petit, et même très vite, on a commencé à jouer là-bas et on a joué tous les soirs. Au final, on faisait plus que ça et on a écrit notre première chanson. Notre premier EP qui s'appelle Shelter, la chanson Hush par exemple, et tout le premier EP, c'est notre rencontre, ce voyage et notre retour en France où on a vécu 6 mois à Lyon. Et puis on voulait plus de grande ville, on avait tellement aimé la Nouvelle-Zélande qu'on voulait se retrouver au calme. On était déjà venu en vacances dans le Pays-Basque et on s'est dit qu'il fallait qu'on vienne ici. Au final, même si c'était moins loin que la NZ, c'était quand même un voyage, puisqu'on était juste venu pour les vacances, et qu'on savait pas trop comment ça allait se passer. On est arrivés sans rien et puis ça s'est fait très vite dans la région, on a développé notre projet et très vite on a travaillé avec Quiksilver qui a un studio d'enregistrement à Saint Jean de Luz et grâce à eux on a commencé à enregistrer notre premier EP. Après, tout s'est enchaîné et depuis ce moment là, depuis 5 ans, on continue à écrire, on donne de plus en plus de concerts et on se fait un petit nom. On voit notre musique par la scène donc c'est important pour nous de jouer. C'est notre façon de voir les choses. Aujourd'hui en France, il y a surement beaucoup d'artistes qui développent le projet et font les concerts après, nous on voit ça différemment. Ca nous permet de tester les morceaux, on voit comment ça réagit et finalement le but c'est de toucher le plus de monde possible, tout en restant authentique comme notre musique.

- Ce style pop folk à la Angus et Julia Stone, vous l'avez choisi ?

Ca ne s'est pas du tout imposé à nous, c'est venu naturellement parce qu'on écrit comme on le sent et je pense qu'on peut voir une évolution entre les 3 EP (on en sort un d'ailleurs en Octobre) mais il n'y a rien qui est réfléchi, ça sort de nous comme ça. On a chacun un style et on écrit chacun de notre coté et après on fait les arrangement ensemble. Mais plus on se connait et plus on arrive à travailler ensemble c'est à dire que sur certaines chansons on arrive à écrire ensemble, mais avant ce n'était pas possible. (rires)

Leur dernier titre sorti il y a une semaine, Electrical. © Sébastien Chebassier

- La musique, c'est depuis toujours ? Comment est-elle venue dans votre vie ?

Pour Guillaume, lui il a commencé par la guitare au conservatoire et il a vécu 7-8 ans en Australie et là-bas la musique est plus accessible. Il m'a toujours dit que quand tu joues tout seul en France, vraiment juste guitare-voix, c'est limite stressant parce-que les gens se demandent "c'est qui ce mec?!" alors qu'en Australie tu fais la même chose et les gens sont à fond, t'as l'impression de faire un Olympia. Donc il a beaucoup joué là bas, surtout beaucoup de reprises et avant l'Australie, il avait un groupe en France et un jour le chanteur ne s'est pas pointé et du coup ils lui ont dit "C'est toi qui chante !" . Depuis, il adore !

Et pour moi (Gaëtane) c'est l'inverse, je chante depuis que j'ai 3 ans, et vraiment c'est ma passion, j'ai besoin de chanter pour me détendre et m'apaiser, ça me fait du bien ! Et par la suite, je me suis mise à la guitare pour m'accompagner.

- Dans ce projet, vous avez l'habitude de travailler uniquement tous les deux où vous êtes entourés par des gens qui "gèrent" un peu votre chemin et qui vous aident dans votre démarche artistique ?

On a été seuls pendant très longtemps, au début, et puis après par choix parce qu'on s'est rendus compte qu'on y arrivait plutôt bien. Et puis là pour le 3ème EP on s'est entouré d'un arrangeur qui s'appelle Julien Gaulier qui avait un groupe qui s'appelle "Hey Hey My My" et qui tourne aussi avec "Mother Of Two" en ce moment. Et puis ça a été une super rencontre, on était sur la même longueur d'onde musicalement et il nous a amené des idées, on lui a amené les nôtres. On a vraiment pu bosser ensemble sur ces nouvelles chansons. Du coup sur notre nouveau titre "Electrical", on peut vraiment voir une évolution. On a pour projet d'être 4 dès la rentrée pour vraiment avoir le son de l'EP en live comme on commence à faire quelques scènes et des festivals, mais le plus dur c'est de trouver les musiciens qui s'intègrent à fond dans le projet, parce-qu'au final ce sera vraiment un groupe. On a besoin d'avoir une sorte de fusion comme on peut l'avoir déjà tous les deux.

Une petite playlist du moment ?

- Ophelia de The Lumineers

- Stressed Out de Twenty wind Pilots

- Riptide de Vance Joy

- Two Fingers de Jake Bugg

- Anita No! de The Dø

- Come de Jain

Leurs prochaines dates : 

- Tous les dimanches jusqu'à fin août à Etxola Bibi - Biarritz

- Tous les mardis jusqu'à fin août à la Bela Gorri - Bidart

- Le 6 juillet dans le salon cosy de La Mouche Qui Louche - Anglet

- Le 7 juillet au Lagunak - Anglet

- Le 8 juillet - Plages Musicales - Labenne Ocean

- Le 9 juillet sur le Big Festival - Biarritz

- Le 11 juillet à l'Hôtel du Palais - Biarritz

- Le 15 juillet Chez Renault - Saint-Jean-de-Luz

- Le 21 juillet aux Arènes de Dax en 1ère partie des Fréro Delavega

Retrouvez toutes leurs infos sur leur page Facebook

Et si vous ne l'avez pas encore vu, voici leur dernier clip, avec le titre Electrical, issu de leur 3ème EP qui verra le jour en Octobre, mais qui est déjà disponible en streaming et sur toutes les plateformes de téléchargement légal.

Articles relatifs
Lifestyle - 2017-03-23 06:45:06