Beachbrother - Magazine Surf, skate & snowboard

 / Jeu concours Cobian

Odisea S02E03 : Mat Crépel & Damien Castera au Chili

le 17 oct 2016 par beachadmin / pas de commentaire / tags : , , , ,

Nouvelle saison, nouvelle destination, nouvelle expédition Odisea.
Après le Grand Nord avec l’Alaska, Mathieu Crépel et Damien Castera se sont envolés il y a deux semaines vers le Grand Sud avec la Patagonie Chilienne.

odisea
Après l’ascension du  volcan Osorno et la descente en packraft du rio Petrohue, ils sont partis à la découverte de l’île de Chiloe :

 » Au sud du Chili mais au Nord de la Patagonie, verdoyante et mystérieuse, Chiloe cultive sa singularité et conserve ses croyances. Une île où les plats typiques sont cuits à même la terre, mélange de palourdes, de moules, de viandes, posés sur des galets chauffés à blanc et recouverts de grandes feuilles de Nalca (plante locale). Mille fois rêvée à travers les œuvres de Francisco Coloane ou Pablo Neruda, nous foulons enfin la terre ancestrale des indiens Huilliches.

Dès les premiers jours, un couple de paysans nous offre l’hospitalité et nous permet de partager une parcelle de terre avec quelques-unes de leurs bêtes. Rien de tel qu’une nuit de tente au milieu des alpages. Après les rivières tumultueuses et la compagnie des pêcheurs de Cochamo, nous plongeons dans l’univers bucolique de Chiloe. Sur la devanture de la maison, cette maxime en lettres capitales : « Ici, il n’y a pas d’étrangers, seulement des amis qui ne se connaissent pas encore ». A première vue, nous sommes bien tombés. Fernando et Henrietta possèdent une trentaine de brebis, deux chevaux et un potager rondement entretenu.

fullsizerender

Chaque matin, avec cette sérénité propre aux hommes de la campagne, Fernando arrache à son champ les secrets de la terre. Poireaux, salades, tomates, et quelques légumes aux formes aussi étranges que le nom qui les accompagne. Avec Mathieu, nous mettons la main à l’œuvre et préparons une parcelle pour la nouvelle plantation de pommes de terre. Echanges de bons procédés : deux paires de bras supplémentaires contre deux chevaux pour explorer les plages environnantes. Après une journée au champ, c’est donc à la manière de Don Quichotte que nous gagnerons les spots de surf, si surf il y a…

Le lendemain matin, nous fixons les planches sur nos sacs à dos et prenons la piste des vagues sur nos nouvelles montures. Quelle expérience formidable !!! Après la descente d’un volcan en snowboard, le franchissement de rapides en packraft, nous nous enfonçons dans les paysages de Chiloe à cheval, comme si le sens véritable de notre aventure consistait à voyager de la manière la plus esthétique et originale possible. « N’aspire pas à la vie éternelle mais épuise le champ des possibles » disait Pindare. Avec Odisea, nous mettons en pratique ce principe d’existence.

Niveau surf, nous découvrons plusieurs beachbreaks et une vague de roche. La moitié de l’île étant étouffée sous une dense forêt primaire, il faudrait des mois pour l’explorer dans sa totalité. Nous préférons nous focaliser sur une petite zone géographique et jouir de cette tranquillité propre aux régions isolées.

grg_0983

Toujours côté rencontre, nous passons deux jours en compagnie du chef Huilliche Christian Chiguay. Changement d’environnement : la tente est dressée entre l’église, le cimetière et le terrain de foot. La ressemblance de Mathieu avec le célèbre footballeur tricolore Antoine Greizman fait sensation au village. Tous les enfants veulent tester la dextérité du jeu de jambe de mon compagnon de glisse, et les premières parties de football sont lancées sous le regard amusé des anciens.

Alors qu’une fête locale se prépare, Christian nous livre un témoignage poignant sur la situation sociale de son peuple :

« Nous autres Huilliches et Mapuches, luttons depuis des années pour la valorisation de nos droits. Un combat rude où se mêlent fréquemment arrestations et assassinats. Vous savez, les décrets promulgués par la dictature militaire de Pinochet sont toujours en vigueur. De grandes étendues de terre passent aux mains de puissants groupes économiques privés, annulant les bienfaits de la réforme agraire en matière de distribution territoriale. Ces multinationales organisent des monocultures massives de pins et d’eucalyptus qui assèchent considérablement les nappes phréatiques de la région. Mais comme d’habitude, seul le profit immédiat est comptabilisé. Le peuple Mapuche se bat pour endiguer cette activité qui répand la pauvreté, endommage l’environnement et détériore culturellement notre peuple. »

Malgré cette réalité qui entache quelque peu la vision paradisiaque du Chili, Chiloe restera à coup sûr une étape marquante de notre odyssée. Un lieu unique au monde où les hommes ont su tisser un lien de connivence étroit avec la nature.

Bien à vous

Damien et Mathieu




Aucun commentaire pour l'instant

Laisser votre commentaire