Facebook Twitter RSS Instagram

Beachbrother - Magazine Surf, skate & snowboard

BeachBrother est disponible dans les skate shops, surf shops et snow shops, en ligne et sur tablettes

Charly Martin viré de chez Nike : la réponse de Charly

le 19 oct 2011 par Beach Brother / 20 commentaires / tags : ,

Charly Martin

EDIT 21 octobre

L’histoire vu par Charly, on attend plus que la réponse de Nike

« Je fais suite aux récentes déclarations qui ont circulé sur la toile, et qui ont fait parler dans le microcosme du surf, concernant la rupture du contrat qui me liait à mon sponsor principal Nike 6.0 jusqu’en décembre 2012.

Ces quelques mots sont destinés à donner ma version des faits afin que chacun puisse en tirer les conséquences qu’il voudra en connaissance de causes.

En avril dernier, lors du WQS 6 étoiles à Thurso en Écosse, après une 9éme place et un joli parcours, je suis sorti en ville boire un verre avec mes amis.

En sortant du bar, nous avons été invités au domicile d’un local des lieux pour poursuivre la soirée. Sur place nous avons été pris à partie par une quinzaine de personnes. Après avoir essuyés quelques coups, nous avons tenté de nous échapper comme nous le pouvions. Arrivés à la résidence-hôtel où nous logions, nous avons constaté qu’un de nos amis n’était toujours pas revenu. Après avoir attendu quelques minutes dans ma chambre, à la fois inquiet et paniqué, j’ai décidé de retourner sur les lieux de l’agression pour tenter de trouver ce dernier. Par peur et sans réfléchir, j’ai pris un couteau qui se trouvait dans notre appartement.

Une fois à l’entrée du quartier où nous avions perdu notre ami, j’ai été une nouvelle fois agressé par une dizaine de personnes. J’ai fui et sur le chemin du retour j’ai croisé une voiture de police vers laquelle je me suis précipité pour leur expliquer la situation. En voyant leur réaction, j’ai préféré leur dire que j’étais en possession d’un couteau.

Ce fut le début du cauchemar : après avoir passé le reste de la nuit en cellule, j’ai été aussitôt présenté au tribunal pour répondre de l’acte « de possession illégale d’arme blanche ».

Sur les conseils d’un avocat commis d’office, j’ai plaidé non coupable et me suis vu convoqué pour une nouvelle audience dont la date fut repoussée à de nombreuses reprises, avant d’être  finalement fixée au 28 Septembre 2011.

Date à laquelle, sur les conseils du service marketing de Nike Europe, je me suis présenté devant le tribunal accompagné de ma mère,et ce malgré les risques encourus, à savoir une peine de 12 mois d’emprisonnement et 5000 livres d’amende.

Après quelques minutes de délibération, le juge ayant bien cerné les circonstances de l’agression et connaissant le quartier réputé « mal famé » de mon agression, décida de réduire ma condamnation au paiement d’une amende de 500 Livres.

Dés mon retour en France, réjoui de voir enfin le bout du tunnel, j’ai prévenu les membres du service marketing de Nike Europe de la fin de cette affaire. Ils ne m’ont fait part d’aucune réaction particulière, jusqu’à ce fameux article paru sur le site de la BBC retranscrivant les faits. Suite à cela le service marketing de Nike Europe a décidé de mettre fin à notre collaboration.

Je reconnais entièrement ma faute dans cette affaire et j’en assume les conséquences. Je comprends la décision de Nike, mais elle me laisse tout de même un goût amer.

J’espère que cette histoire permettra aux jeunes sportifs, qui comme moi voyagent toute l’année avec très peu de soutien et énormément de pression sur les épaules, de ne pas commettre ce genre d’erreur.

Je souhaite m’excuser auprès des personnes qui me connaissent et me soutiennent depuis de nombreuses années, mes partenaires, mes amis et surtout ma famille que j’aime et qui compte énormément pour moi.

J’espère qu’ils comprendront le véritable enjeu médiatique de cette affaire, je souhaite conserver mon image de jeune espoir du surf mondial.

Je ne renie en aucun cas les bons moments passés sous les couleurs de Nike 6.0 et notamment mon titre de champion d’Europe junior ASP en 2010

Quoiqu’il en soit mon objectif reste inchangé: me qualifier sur le World Tour avec à mes côtés, une vraie marque de surfwear  sur laquelle je pourrai compter dans les victoires comme dans les défaites.
Ma rage de vaincre est plus forte que jamais, j’ai entendu dire que ce qui ne tuait pas rendait plus fort… »

Charly Martin

Si l’on en croit le site d’information de la BBC, Nike aurait mit fin au contrat de sponsor d’un des meilleurs espoirs du surf français.

L’histoire s’est passé pendant le Cold Water Classic à Thurso au mois d’avril. Suite à une embrouille dans une soirée, Charly et ses potes rentrent à leur hôtel et s’aperçoivent qu’il manque une personne de leur groupe. Le guadeloupéen décide de retourner à la soirée pour y cherche la personne manquante, emportant avec lui un couteau de cuisine sans avoir vraiment l’intention de s’en servir.

Ce n’est qu’à son retour à l’hôtel, après avoir apparemment reçu des coups, que la police l’a arrêté pour possession d’arme blanche. L’affaire a été jugée hier et Charly a écopé d’un condamnation et d’une amende de £500, le port d’arme blanche étant interdit en Écosse.

Suite à cette condamnation, son sponsor lui aurait montré la porte. Un peu sévère non ? On attend impatiemment le communiqué officiel de Nike qui pour l’instant n’a délivré qu’un commentaire laconique : « Nike a mis fin au contrat de sponsor du Charly Martin suite à sa récente condamnation ». Dans le cas ou son exclusion serait officialisée, on ne se fait pas de soucis pour Charly qui n’aura pas de mal a retrouver un sponsor.

On vous tient au courant de la suite de l’histoire dès qu’on arrive à en savoir plus.

source : BBC




20 commentaires

  • Guillaume dit :

    Aussi bon soit-il, pas sûr qu’il retrouve un sponsor rapidement…

    • Beach Brother dit :

      Tu penses vraiment qu’une histoire comme celle-là peut refroidir les sponsors ?

      • Guillaume dit :

        Je parlais uniquement d’un point de vue budgétaire. Je ne doute pas que de nombreuses marques aimeraient compter Charly dans leur team (qu’il y ait eu cette histoire ou pas). Mais y’a-t-il de la place pour un surfeur supplémentaire, qui a besoin de moyens conséquents (voyages, compéts, matos, etc.) dans les teams des marques traditionnelles?

  • Parko dit :

    C’est une bonne opportunité en tout cas si tu veux rompre son contrat…

  • Beach Brother dit :

    La réponse de Charly vient de tomber. On attend plus que la version de Nike.

  • Il etait necessaire d avoir la version de Charly ! Chose faite ! Bonne communication !

  • En tout cas c’est un peu lâche de la part de Nike de jeter son rider français comme ça! Nike avait réussit à obtenir une certaine légitimité depuis leur entrée sur le marché malgré les réticences de certains et voici aujourd’hui les 1ère vraies limites du géant américain dans le surf! Charly souhaite maintenant retrouver une vraie marque Surfwear « sur laquelle je pourrai compter dans les victoires comme dans les défaites. » il a bien raison…

  • Nacho dit :

    Courage Charly!
    FUERZA!

  • vic dit :

    Dans ces moments-là, tout ce qu’on peut attendre d’un sponsor, c’est justement du soutient de sa part. Pas de se faire virer comme un malpropre. Ça en dit long sur la manière dont ils traitent leurs riders…

  • Gauchard dit :

    Et Julian Wilson qui picole de la bierre dans les bars Landais, ça fait pas très clean pour l’image de Nike ça messieux les têtes pensantes de la marque à virgule …
    Hop, pas assez clean, virez Wilson !
    Courage à Charly pour trouver un autre sponsor et se reconcentrer sur son surf.

  • jobax dit :

    et Franck Ribéry et Tiger Woods tous deux athlètes Nike…. Ils ont été virés pour leur frasques qu’ils ont publiquement reconnues ?

  • Vinz dit :

    Je suis plutôt content des commentaires liés à cet article… au-delà du problème que Charly a eu avec la justice et sur lequel il reconnait ses torts à part entière, c’est surtout l’attitude de Nike qui me révolte. La virgule veut nous faire croire qu’elle applique la même rigueur dans le surf que dans les autres sports mais il faut regarder la réalité en face, Charly n’avait pas le salaire d’un joueur de foot, il n’avait quasiment aucun encadrement de ses sponsors lors de ses déplacements à l’étranger et surtout, après avoir prévenu les responsables de Nike de ses péripéties avec la justice, il n’a bénéficié d’aucun support juridique de leur part… Ils l’ont juste envoyé au charbon, j’imagine qu’ils avaient déjà quelqu’un d’autre en vue et que l’occasion de casser le contrat de Charly était trop belle…
    Si Charly s’est fait virer et si Nike est si transparent et rigoureux qu’il y parait, les responsables marketing qui ont suivi cette affaire doivent être viré aussi, Charly n’est pas seul fautif ici, cette affaire dure depuis le printemps et personne n’a réagi… Nike ne commente pas la décision dans la presse spécialisée mais en revanche leur attaché de presse informe la BBC que le contrat de sponsoring est rompu, paradoxal non? J’imagine qu’en ce moment chez Nike, certains doivent se réjouir de la situation et se dire que l’orage est passé maintenant que Charly a été éjecté… Dormez bien sur vos deux oreilles responsables marketing et autres managers en tout genre, vous jouez avec la carrière des surfers comme d’autres jouent en bourse sur la crise mais tôt ou tard vous prendrez un retour de baton, le surf n’est ni le foot ni le basket…

  • Minou dit :

    Excuse Bidon… 6.0 c’est au placard

  • bazwink dit :

    C’est dommage pour Nike, ils perdent un excellent surfer, un peu bagarreur mais courageux ! Respect Charly.

  • j. dit :

    La conclusion de cette histoire c’est que, comme je le hurle depuis le début, Nike n’a rien à faire dans ce (ces) milieu(x). Les dollars ne font pas tout. Don’t do it !

  • kheops dit :

    Ce communiqué me fait rigoler…lisse au possible (histoire de ne pas se griller avec le prochain sponsor), sans intérêt (il a fait la bringue, petite entourloupe et alors?) …les surfers pros sont complêtement déconnectés de la réalité, les marques ( ne tapez pas que sur Nike, les autres font du blé aussi, et mettent la pression pareil) .
    Ce que je vois c’est que le surf pro s’aseptise et perd doucement une âme. On commence à entendre quelques voix qui s’élèvent mais vite étouffées ou coulées dans le bain de la bonne morale.
    Vive le surf libre !

  • Rudeye dit :

    Franchement; a-t-il vraiment besoin de pompes pour aller au pic?

Laisser votre commentaire